BLACK MATTER ET CHAMPS DE COTON

Voilà le paysan provençal, couturier de son étoit, et qui, dans sa collection, nous donne pour le « Black Matter » sa propre définition : les filles des Maîtres dans les champs de coton qui sont aujourd’hui devenus des champs de blé. Sorte de Mississippi Burning, dans le songe de Django, pour la défonce des Afro-Européens. Et, les Marseillais, on le sait, la plupart du temps, dans les stades de France, éructent des bruits incongrus de singe à l’arrivée de Pogba et Consorts. Pourtant, s’ils savaient que depuis Toumaï, l’Homo erectus était noir ; Homo erectus un nom qui devrait exciter notre couturier préféré.

Un champ de blé pour « j’amuse » la galerie, mais surtout, prendre une posture de circonstance, car, à la vision du team de Jacquemus : aucun black ! C’est blanc comme ses robes de plage ! On veut bien surfer sur la vague de l’indignation contre le racisme, mais on n’en veut pas chez soi. Cela laisse des traces noires sur les tissus blancs.

Voici le créateur du prêt-à-poser de l’Occitane ; sorte de « Geiger » des pauvres. La gloire de son père dans les Alpilles qui se transporte dans les champs de blé de sa grand-mère pour une empreinte carbone maxi en déplaçant des journalistes à l’autre bout de la France. « Bonjour la taxe Macronne ! » Les autres couturiers, « les vrais eux » sont confinés dans le Paris « des champs de Masques », au pied de la Tour Eiffel. Le garçon de la « Porte » ouverte est un poète cocasse. Il se « congra-cul-le » de sa roublardise, et serrant les mains par couple de trois, les uns coiffés de lauriers de paille et les autres avec la satisfaction d’avoir rameuté la foule porcine des Parisiens dans les terres de Jean Giono.

Il ne faut pas « poèter » plus haut que son cul quand même. Avec un lit dans un champ de céréales, me dit ma voisine bitumeuse de son état, qui avait déjà vu un épi, mais c’était chez Franck Prouvost aux Champs Elysées. C’est un appel à la partouze afin d’attirer les Didier Grumler de service, sans penser que chez les gens du sud dans cet amas de chair, on les reconnait facilement, car c’est ceux qui baisent leur femme, un comble !

Anonymode

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s