LE PETIT PORT DE L’ÂME

Il faut connaître Dinard pour trouver « Le Petit Port ». Comme Asclépios, fils d’Apollon et de Coroniset, qui a failli ne jamais connaître la vie, nous voguons le long du port de Dinard avec une vue sur Saint-Servan et la pointe de la Vicomté. Après deux mois de voyage en pensées de mirage, nous nous sommes posés lentement pour renaître sur le ventre du quai. Avec un petit air de ces bistrots qui surfent sur la vague du « c’était mieux avant », remettant René Coty au goût du jour dans un décor Delicatessen où se retrouvent tous ces néo-bobos venant de Paris qui sont en demande de vrai.

Chez Goulven Morel, cela sonne le vrai. Tout est d’une simplicité honnête et durable. Bref, un restaurant digne de ce nom qui redonne ses lettres de noblesse aux ‘BB’ ‘Bien Boire’ ou ‘Bonne Bouffe’ à votre guise… Voilà la serveuse, une grande brune des Balkans qui nous propose « Le tigre qui pleure ». J’aurai bien voulu pleurer avec elle ! Je vois quelques couples illégitimes en fond de salle, main dans la main par-dessus la corbeille de pains, mordant leurs lèvres avant de se mordre à pleine bouche, et qui comptent les minutes et s’enivrent d’un vin blanc plus que de raison afin de laisser au vestiaire leurs dernières inhibitions.

Un délicieux mélange de déco à l’ancienne des bistros postmodernes. Promettre sans décevoir donne un reflet réussi d’une cuisine dans la délicatesse « scène » car n’oublions pas qu’ici c’est le Goulven, et oui comme le Saint Goulven qui aurait construit un ermitage dans le Finistère autour duquel un village se serait progressivement aggloméré. Les bonnes adresses s’échangent depuis la nuit des temps. Pas étonnant qu’ils défendent la gastronomie française !

Et, comme tout choix dépendant de l’humeur du moment ainsi que des personnes qui vous accompagnent, et bien là pas d’ambiguïté, la cousine de ma compagne et de son mari, on fait le support d’une soirée qui avait commencé au « Fonda » en ville, et aurait pu finir dans le caniveau si notre retenue naturelle n’avait pas mis le holà.

Un estaminet où l’on défend la Gaule, et la Gaule justement nous l’avons eu à l’arrivée du tigre qui pleure. Côté vins, les bouteilles vous regardent dans les yeux avec le plaisir de vous faire découvrir, et si Goulven veut nous évangéliser, les filles ne pas hésitez, il est plutôt beau gosse. Adresse à faire impérativement connaître aux gens de goût pour faire de votre visite un festin inoubliable.

Anonymode

ADRESSE: Quai de la perle (Parking du Port ouvert en soirée)
VILLE: Dinard
HORAIRE: Ouvert midi et soir toute l’année
CONTACT: Tél. 02 99 46 16 41

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s