La fin du monde est remise à plus tard et les gourous sociaux et acteurs du digital, qui croyaient que la Covid-19 ne serait pas leur Graal, se rendent compte aujourd’hui que tous ne prêchent pas la même Vox populi. Voici donc leur seule certitude d’un progrès de société en devenir, celui de plaider la juste cause, les lanceurs d’alerte dessinent leur propre frontière. Ils ont une influence directe paraît-il lorsqu’ils font la promotion d’un produit, d’une marque ou d’une idée. Mais, convaincre suffisamment son audience, au point que celle-ci va relayer le discours initial auprès de son propre réseau, pour en décupler l’impact se voit aujourd’hui amoindri par la profusion de tout type de chiens savants qui ont un avis sur tout mais surtout un avis.

Les meilleurs gourous des tendances créent des communautés, qui transmettent le message au-delà de l’action de leur pays. Ils cherchent le ralliement plutôt que l’assimilation. Ce n’est pas seulement le nombre, mais aussi la diversité des idées et des points de vue qui fait la force d’une communauté, ainsi que la façon de traiter l’information. L’écriture littéraire semble être un style qui plait et qui bénéficie non seulement d’une grande audience mais d’une grande crédibilité.

Voici les nouveaux prêcheurs de l’Internet ou prédicateurs de demain libres et indépendants, ce qui est pour les marques un grand drame car elles ne peuvent pas les contrôler. Ils sont des ambassadeurs du futur, les avocats du développement numérique. Ils sont geeks, avant-gardistes, éberlués, passionnés, iconoclastes, habités par une conviction d’être vrai et de parler vrai, par opposition aux journaux sous la coupe de chefs d’entreprise qui d’abord prêchent pour leur paroisse.

Sous l’apparat des habits qui ne font pas le moine, ces écrivains digitaux se rassemblent tous derrière la même bannière dire « la pravda », la vérité. Ils sont la plupart bobos, lisent des romans historiques et conduisent des voitures hybrides.

Pour ces pionniers respectés, voire parfois adulés, le terme résume parfaitement la mission à une seule condition  si l’idée ou l’argument est bon pour le consommateur, car autrement ils se voient boudé par leur audience. Informer, expliquer et convaincre, mais jamais manipuler ! Un gourou a des fidèles au sein d’une secte, et il les domine. Comme un dictateur en réseau, il devient celui qui est incontournable. Mais le vrai influenceur lui ne fait pas de détail, il taille dans le vif du sujet et analyse la plupart du temps en fonction de ses convictions. Mais, méfiez-vous quand même des contre-façons !

Anonymode

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s