CHASSEURS DE BÊTES

Rien de louable au fait qu’il soit en pyramide et cela simplement pour singer le Sphinx « déguisé » d’Égypte, des intellectuels au repos et devant le nombre de ceux-ci que j’ai souvent eu l’occasion de rencontrer dans les entreprises, je me posais toujours cette question : qui pouvait choisir ces intelligences « Ribéri-siennes » ? Choisies certainement par des Chasseurs de « bêtes » qui, eux aussi, pour la plupart sont des sources originelles d’intelligence mycosées et qui viennent sélectionner pour les entreprises leurs employés ! Chassant ainsi dans le vivier de ceux qu’ils connaissent le mieux, les bannetons d’imbéciles qui leur ressemblent le plus. Des bardaches adeptes du banal, mono-neuronal pour un métier qui existe depuis la nuit des temps, mais surtout depuis que les Arabes choisissaient les employés pour les fermes de coton pour le commerce triangulaire.

Choisir des imbéciles pour produire un cocktail digne de la société Française. Mais, « hush hush », ne le dites à personne car ces humains de contrefaçon, à la moindre remarque sur leur personne, vous black-listent dans une base secrète d’andouille de Guémené sur pattes et envoient des emails pour tenter de vous discréditer, au mépris des lois de ce pays. Une infinitésimale vengeance de vendeurs de rien à tête d’éponge qui conseillent après extinction des feux dans les sociétés, à la même heure où les techniciens de surface viennent faire eux un vrai travail. Ils ont des idées empruntées à autrui qu’ils ne comprennent pas d’ailleurs, car le subtil leur échappe. Minus avec la même profondeur de jugement et la délicatesse des concierges, ils sont comme les « mignons » d’Henri III, et en bon fils de familles entretenus, ils se contentent de laisser une trace argentée au sol, mais elle n’est pas d’écume.

Sorte de latrine ambulante qui est la preuve vivante de l’abaissement de la nature humaine de ce siècle, comme des morpions qui seraient tombés par hasard dans l’Olympe et seraient juge de l’intelligence du cul de Minerve, un comble ! A l’école, ils faisaient, dans leur jeunesse, déjà l’appétit de tous les goûts anti-naturels car, dans leurs cas, l’horreur est humaine.

Je les appelle cuistre « istre étant un ornement ». J’explique pour que leur culture fade en forme de cercueil scatologique puisse comprendre. On sort de leur questionnaire comme les cochons sortent du bourbier d’Elicon. Et la synthèse de leurs neurones au chômage technique ne sera finalement qu’un brouillon. L’on s’attend à une réponse digne d’un aigle et nous finissons par avoir celle d’un « faux-con ». Des tétraplégiques de la pensée s’efforçant de jeter de leur intestin le ténia séditieux qui les « Ha-bite », pathétique en vérité.

Anonymode

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s