RADIO STAR

Voici des jeunes, qui, par passion d’objets chargés d’histoire, transmettent aux générations futures leur collection de vieilles ampoules Grammont qui crachotaient autrefois comme le faisait un œuf sur une poêle trop brûlante, sifflant aux tympans des mélodies qui jouent avec le temps ; le passé ou le présent. Une symphonie douce qui sonne comme la soie qui érafle les symboles d’un temps passé, et même si la façon d’écouter a évolué, rien ne se perd, tout se transforme pour revenir comme ce balancier, si bien réglé, qui retourne, après excès, à son point de départ, des machines traditionnelles qui jouaient avec le passé et le présent.

Produire des sons moins ampoulés, avec des tubes de TSF est-elle une démarche éthique ? Probablement, car reconditionner ces vieux postes de nos grands-parents restera encore pour longtemps un objet du passé futur. Son bois craque de ces souvenirs comme les éclairs qui se fracassent du ciel sur la terre. Celle-ci écoutait radio Londres et sa litanie des sanglots longs des violons de l’automne qui berçait notre cœur, dans une langueur monotone, pour l’espoir d’une vie meilleur.

J’ai rencontré la société Héleor, dans une petite boutique de Paris, où un regroupement d’artisans d’art se retrouvait venant de cette belle région appelée maintenant Occitanie et leur accent chantant de Carcassonne, ville à l’architecture médiévale restaurée par Viollet-le-Duc s’inscrivant ainsi au patrimoine mondial de l’Unesco.

Ils sont montés à la capitale pour nous faire redécouvrir nos propres valeurs. Ces objets qui, quand je les regarde, me transmettent une émotion, et me font penser à mon grand-père qui écoutait le tour de France et où le bruit devait faire silence. Mais aussi, à mon arrière aïeule, qui avait cette radio « Art d’écho » trônant au milieu de son salon, que l’on appelait autrefois la salle commune, un trophée de guerre comme ne le fait plus aujourd’hui un téléviseur. Ceux-ci sont plus que des objets de France, mais c’est l’histoire de la France qu’ils expriment, et notre patrimoine tout entier. C’est l’histoire de ces jeunes qui croient que, peut-être, je dis bien peut-être, un jour ils pourront construire un monde plus humain, avec les valeurs de leur parent qui passera par le doux message de la poésie.

Anonymode

contact@heleor.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s