LA MORBIDE ALBION

Un premier ministre cynique et une classe dirigeante incompétente complètement paniquée ; « Allez-vous faire foutre ! » lance l’acteur Hugh Grant dans un tweet ravageur. Une injure qui répondait à l’insulte bien plus grave faite par Boris Johnson à la démocratie anglaise. Et voilà le monde sidéré de découvrir qu’une institution aussi vénérable que le Palais de Westminster n’était pas forcément protégée contre les démagogues et les populistes. Même au Royaume-Uni, où les traditions sont si profondément ancrées, que l’on n’a jamais éprouvé le besoin de les graver dans une constitution.

Déni de démocratie, coup d’état dans l’état ? Les experts jugeront. Mais, l’inviolabilité supposée du fameux (check and balance ) élaborée par Locke (1632-1704) et Montesquieu (1689-1755), la théorie de la séparation des pouvoirs afin de limiter l’arbitraire et d’empêcher les abus. Une balance qui régit depuis des lustres la démocratie parlementaire. Or Shakespeare et l’histoire ont bien montré que légèrement dérangé, complètement cinglé, les dirigeants autoritaires savaient profiter des failles inhérentes à toute démocratie pour imposer le silence à ceux qui pourraient leur résister. Le vaisseau anglais prenait déjà l’eau. Maintenant, il menace de sombrer.

La livre coule, et les anciennes colonies se rebellent. L’Empire devient finalement l’empire du mâle dominant. La City sombre dans un marasme dont elle ne se relèvera pas avant 20 ans. Les demandes de nationalité Française pour le plus flegmatique des peuples se multiplient. La France ennemie d’autrefois devient le refuge de ces Anglais qui ont tout cassé dans leur pays comme la médecine, à tel point qu’ils viennent en France se faire soigner, et ayant créer la spéculation sur l’immobilier dans Londres, ils rendent la ville inhabitable à 35 milles euros le mètre carré, plus d’insuline ou de laboratoire pour produire des médicaments, que des usines qui ne produiront bientôt que des voitures allemandes ou indiennes et qui finiront par être délocalisées dans des pays de l’Europe dont ils n’ont jamais voulu rentrer. Les voilà les donneurs de leçons qui viennent de prendre une leçon de démocratie. La Perfide Albion qui croyait avoir un jocker pour leur pays n’a finalement qu’un Fucker.

Anonymode

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s