ELEPHANT STARR

Les armes les plus puissantes de l’amour sont la douceur et l’esprit, et hier, vous nous avez montré de la douceur dans la vertu, car la vertu sans douceur n’équivaudrait qu’à un appât sans hameçon. Hameçonné, en effet, nous l’avons été, à l’image de la femme à côté de moi où je pus percevoir une larme perlée au coin de son visage. J’espère que vous m’en rendrez raison un jour d’avoir ému celle que j’aime éperdument. Vous êtes tous les deux à la fois douceur comme le miel du pays du cèdre, et pour que celui-ci nous submerge vous rajoutez un peu de raffinement et un monstre d’humanité, Joey « Starr » un nom qui décidément n’est pas usurpé.

Le destin de John Merrick, le monstre Londonien dans le corps d’un géant, qui crevait l’écran de sa sensibilité déjà dans « Police », une bête sacrée qui interprète un monstre, mais de mansuétude. La pièce du dramaturge américain Bernard Pomerance, qui avait, dès sa création en 1977, installé le principe d’un acteur sans maquillage ni prothèse, nous raconte le mépris commun des conventions sociales, avec un clin d’œil à Whitechapel et Jack The Ripper qui se regarde dans la glace pour apercevoir le portait de Dorian Gray, joué par l’excellent Luc Bruyère.

A noter la prestation de Michaël Cohen, qui joue ces humains de contrefaçon ressemblant finalement tellement à ce médecin nourri de bonne intention qui finira par faire le même métier que ce sordide forain qui l’exploitait pour de l’argent alors que l’autre l’exploitera pour sa gloire. Où est la différence ? Comme certains qui amassent une montagne d’argent juste pour changer de voiture.

Je ne mâcherai pas mes mots par des formules alambiquées à l’image des gens de la mode. Vous êtes tout simplement formidable, de talent d’abord mais de justesse ensuite. Ceux qui n’ont rien compris n’ont jamais vécu la passion, lorsque celle-ci s’installe. Une main qui vient presser la mienne, lorsque votre pied s’approche en frémissant révélant la pensée de votre être tout entier. J’admire les appâts et les dévore de ma bouche amoureuse. Je serai poète, et vous poésie, tu seras plus belle, et moi plus aimant encore. Quand je ferme les yeux, je ne sens plus que vous, la Betty que j’ai connue autrefois et dont j’étais amoureux. Ceux-ci explique peut-être cela ! Et malgré les polémiques, je vous conseille de conserver les pierres que l’on vous jette, car celles-ci construiront votre piédestal. Bien à vous.

Anonymode

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s